Eco conduite et si vous étiez Eco responsable

Faire que chaque conducteur soit conscient que la manière dont il se comporte au volant joue sur sa consommation, donc sur son empreinte environnementale : c’est tout le pari de l’écoconduite, dont les vertus ne s’arrêtent d’ailleurs pas là. Entre bons réflexes et conduite plus apaisée, elle touche aussi à des questions de sécurité routière… et de pouvoir d’achat, dans une période où les prix des carburants ne cessent de flamber. De quoi intéresser tous les conducteurs, professionnels compris.

Premiers émetteurs de gaz à effet de serre en France et deuxièmes dans l’UE, les transports - tous confondus - sont responsables de 26 % des émissions de dioxyde de carbone en Europe, derrière l’agriculture (39 %) mais devant l’habitat (19 %) et l’industrie (16 %). Et c’est bien la route qui reste en tête des modes de transports les plus polluants, avec 92 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) du secteur. Et pour cause : 

  • 80 % des déplacements de personnes se font en voiture, contre 10 % en train et 5,5 % en avion
  • Dans le domaine des transports, les véhicules particuliers génèrent plus de la moitié des émissions de gaz à effet de serre (GES) 
  • Les trois quarts de ces émissions correspondent à des trajets de moins de 100 kilomètres
  • Les véhicules utilitaires légers représentent 17 % des émissions, les poids-lourds 26 % et les deux-roues 0,7 %.

Modernisation du parc automobile, développement des transports collectifs, écomobilité, covoiturage, développement de l’électrique… Alors que la France s’est fixée comme objectif de réduire de 20 % d’ici à 2030 ses émissions de GES liées aux transports, chaque effort compte. Mais, en plus de pouvoir challenger leur réel besoin d’utiliser la voiture pour chaque déplacement, les automobilistes, par leur comportement et leur style de conduite, ont également un rôle à jouer pour réduire leur consommation de carburant en passant à l’écoconduite. 

Solution simple, performante et efficace, relativement facile à adopter à titre individuel, elle englobe une série de bonnes pratiques qui peuvent se décliner pour tous les usages et pour tous les types de véhicules : voitures particulières, deux-roues motorisés, transports collectifs, véhicules de chantier, trains, bennes à ordures… À chaque fois, il s’agit d’optimiser l’usage du véhicule tout en insistant sur l’effet de mauvaises habitudes ou d’idées reçues qui, avec l’évolution technique des motorisations, n’ont plus nécessairement de pertinence. 

Les professionnels, premiers concernés

Largement pratiquée dans certains pays de l’UE (l’écoconduite est par exemple intégrée à la formation au permis de conduite dans les pays scandinaves) la pratique fait petit à petit tache d’huile en France et les formations se multiplient, à l’exemple des stages proposés dans toute la région par l’école de conduite française (ECF) a suivre en Martinique…

 

Nos coins sorties bientôt ici !

Ici